REX RE2020 : Quels changements pour le BTP ?

Réglementation environnementale RE2020 : quels changements pour le BTP près d’un an après son entrée en vigueur ?

Depuis le 1er janvier 2022, la nouvelle réglementation environnementale RE2020 a remplacé la RT2012, imposant des objectifs plus ambitieux d’efficacité énergétique des bâtiments. Un an après, retour sur les changements majeurs intervenus depuis la mise en place de cette réglementation. Comment les acteurs du BTP ont-ils su s’adapter ?

Publié 15.12.2022
img_ABM_RE2020_640x320

RE2020 : un premier virage réussi

La nouvelle réglementation environnementale est entrée en vigueur en janvier 2022 et prévoit des paliers progressifs (2022, 2025, 2028, 2031) établis notamment en fonction de la typologie des bâtiments. Ces jalons indiquent les exigences de réduction de l’impact carbone des constructions et de la consommation d’énergie des bâtiments, et sont renforcés tous les trois ans.

Exemple pour la construction de bâtiments tertiaires :

Indice carbone maximum en kgCO2eq/m²/an (transport, installation, utilisation hormis eau et énergie, maintenance, réparation, remplacement)2022202520282031
Bureaux980810710600
Bâtiments d’enseignement primaire ou secondaire900770680590


Le premier palier, 2022-2025, a été plutôt bien anticipé par les constructeurs. Celui-ci ne nécessitant pas de réelles ruptures technologiques, les constructeurs ont de manière générale pu opérer la transition avec succès.

Pour entrer en conformité avec la RE2020, les grosses entreprises de construction ont dû modifier leur façon d’acheter : au-delà de l’analyse de critères comme la qualité ou le prix de chaque fournisseur, elles prennent désormais également en compte leur impact carbone. En effet, la réglementation énergétique 2020 introduit l’analyse du cycle de vie (ACV), de l’extraction des matières premières à leur recyclage. Le constructeur doit donc être en mesure de connaître les émissions de CO2 générées par chacun des éléments constitutifs du bâtiment : matériaux de construction, engins, ascenseurs, climatisation, etc. La consommation d’énergie primaire de chaque élément est aussi comptabilisée. Ainsi, pour construire un bâtiment qui correspond aux seuils de consommation de la RE2020, les constructeurs choisissent des partenaires aux performances énergétiques optimales.Du côté des ascenseurs, ils peuvent consulter les fiches PEP (Profil Environnemental Produit) inscrites dans la base de données INIES. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre de l’ascenseur KONE MonoSpace 500 DX – le plus vendu de la gamme – sont 58 % plus faibles que les standards du marché (sur l’ensemble de son cycle de vie).

RE2020 : qui est concerné ?
Cette nouvelle réglementation énergétique est appliquée en plusieurs temps (la date concerne le permis de construire) :
  • Dès le 1er janvier 2022, elle concernait les maisons individuelles et les logements collectifs.
  • Au 1er juillet 2022, ses exigences ses sont étendues aux bureaux et bâtiments d’enseignement primaire et secondaire.
  • Le 1er janvier 2023, la RE2020 concernera également tous les autres bâtiments : hôtels, commerces, gymnases, groupes hospitaliers, enseignement supérieur, etc.

Construction : les entreprises doivent se préparer aux exigences de 2025

Si la première étape s’est bien déroulée pour la plupart des entreprises de construction, celles-ci s’inquiètent du prochain palier, qui entrera en vigueur en 2025. Pour les bâtiments collectifs, la RE2020 impose que l’impact carbone diminue de 25 % entre 2025 et 2027 par rapport au niveau de 2020, ce qui est très ambitieux.

La construction de bâtiments à énergie positive (BEPOS) devient un objectif pour certains, mais les échéances sont courtes en cette période de récession. La guerre en Ukraine ayant causé des pénuries de matériaux et une inflation très forte, les constructeurs s’attendent à d’importantes répercussions comme le ralentissement du marché de la construction et une envolée des prix du neuf. Des répercussions qui pourraient empêcher les chantiers d’atteindre leurs objectifs dans les temps.

Pour accompagner promoteurs et entreprises générales à répondre à ces exigences réglementaires, KONE met à leur disposition des solutions éco-efficientes visant à réduire la consommation électrique grâce à des équipements sûrs, économes en énergie et conçus de manière durable.

Planifier l’efficacité énergétique des bâtiments, un volet de la RE2020

La consommation énergétique du bâtiment est un volet important de la RE2020. Grâce aux efforts de toute l’industrie, les constructeurs peuvent compter sur de nombreuses innovations leur garantissant un bâtiment très peu gourmand en énergie.

Par exemple, les solutions de veille pour ascenseurs KONE permettent de passer de 7.8 kWh ep./m2 à 3.9 kWh ep./m2, pour un immeuble de 5 niveaux (données issues de l'outil de calcul de consommation énergétique de KONE).

Les technologies durables de nos escaliers mécaniques, comme le moteur TransVario qui permet de réduire la consommation énergétique de 16 % et restreint de façon non négligeable la consommation d’huile, améliorent la durée de vie de l'équipement et réduisent les consommations énergétiques du bâtiment. Il en va de même des solutions de mise en veille ou de ralentissement de la vitesse des escalators.

De plus, la maintenance prédictive des ascenseurs connectés KONE garantit des interventions ciblées dès qu’un dysfonctionnement est identifié par l’intelligence artificielle. Les pannes peuvent ainsi être évitées, réduisant les dépenses énergétiques dues à la réparation des équipements ou au fonctionnement d’un appareil défaillant.

Les dispositifs complémentaires pour des bâtiments tertiaires plus performants
Le décret tertiaire, ou dispositif Éco-énergie tertiaire, a été promulgué en juillet 2019. Il impose aux bâtiments tertiaires existants de plus de 1 000 m2 de déclarer sur la plateforme numérique Operat leurs consommations d’énergie. Celles-ci devront être réduites de 40 % en 2030, de 50 % en 2040 et de 60 % en 2050, par rapport à l’année de référence. Le décret BACS (Building Automation & Control Systems), officialisé un an plus tard, le complète en rendant obligatoire l’installation de systèmes d’automatisation et de contrôle des bâtiments, dans toutes les constructions tertiaires neuves et existantes dont les systèmes de chauffage ou de climatisation ont une puissance supérieure à 290 kW. Ces deux décrets s’inscrivent dans la même lignée que la RE2020 et ont pour but d’optimiser les consommations énergétiques de ces bâtiments.

Blog Perspectives Urbaines

Recevoir la newsletter mensuelle

img_Illustration_BrandRefresh

Vous craignez de manquer de temps pour vous rendre régulièrement sur notre blog ? Inscrivez-vous à la newsletter et recevez chaque mois dans votre boîte mail un condensé de nos meilleures publications.

Cookies

KONE et ses partenaires utilisent des cookies pour optimiser la fonctionnalité du site et vous offrir la meilleure expérience possible lors de votre navigation. Votre consentement à l’utilisation de cookies non strictement nécessaires est libre et peut être modifié à tout moment. Si vous cliquez sur « continuer sans accepter », seuls les cookies obligatoires qui permettent au site de fonctionner correctement seront collectés.

Vous pouvez également consulter notre Déclaration de confidentialité.