Retour en haut de la page

[Conte de Noël] La magie de Noël au 31 de la rue Unelma

Publié 21.12.2021

KONE vous propose un peu de féérie pour ces fêtes de fin d'année ! Laissez-vous transporter par notre conte de Noël et suivez notre héros, Déhix, un ascenseur un peu particulier. Le merveilleux deviendra-t-il réalité ?

img_Illustrations conte_principale

L’immeuble du 31 de la rue Unelma avait dix étages et l’on y trouvait des appartements, grands et petits, les bureaux de plusieurs entreprises, et au rez-de-chaussée une supérette qui vendait des yaourts avec de vrais morceaux de fruits, des potimarrons, de grandes boîtes de bonbons crocodiles et plein d’autres choses.

Ce matin-là, après des semaines de travaux, Déhix, le nouvel ascenseur, prenait son service. Il avait une belle cabine avec des parois de bois claires sur le côté et un grand miroir au fond. Un écran de belle taille projetait des images, et deux enceintes camouflées dans les coins diffusaient de la musique. Ses portes en acier brossé s’ouvraient et se fermaient avec élégance.

Il commença sa journée en descendant les enfants partants à l’école, les mamans et leurs poussettes et les papas avec les sacs poubelles. Puis il monta les premiers employés de bureau, douze coursiers, dix-huit livreurs, un postier et géra les aller et retour des salariés qui sortaient respirer l’air frais ou boire un café.

L’après-midi fut occupé par l’emménagement du jeune couple du dernier étage, avant le retour des enfants, des parents les bras chargés de paquets, des livreurs de nourriture…

À 21 heures, Déhix souffla pour la première fois de la journée. S’il pouvait être fier de son travail : il n’avait raté aucun étage, affiché de belles images sur son écran et diffusé de la musique, il s’était beaucoup ennuyé. Monter, descendre, monter, était monotone. Alors qu’il s’apprêtait à s’endormir, il vit qu’il y avait un bouton -1 sur son panneau des étages.

Désireux de connaître son immeuble jusqu’au moindre recoin, il décida d’y descendre...

À peine arrivé au sous-sol, il ouvrit grand ses portes pour illuminer la cave. Au lieu des murs gris béton, et de la grande obscurité à laquelle il s’attendait, il découvrit une pièce coquette, avec une belle moquette verte, un fauteuil Chesterfield et une grande bibliothèque. Et surtout, debout, droit comme un « i », avec une courte barbe blanche et un costume rouge, un vieil homme souriant.

- Alors c’est toi le nouveau, lui dit le vieil homme. Moi, je suis monsieur Montenlère, mais on m’appelle Groom.

Déhix referma ses portes à moitié avant de les ouvrir à nouveau.

- Je vois ce que c’est, on ne t’a pas encore appris à communiquer. Mais ne t’inquiète pas, nous allons arranger cela, et il pénétra dans la cabine, et commença à pianoter sur les boutons des étages.

- Ne t’inquiète pas, il suffit de te programmer pour que tu puisses parler.

Déhix sentit un grand frisson le parcourir et il alluma et éteignit ses lumières six fois de suite.

- Vas-y maintenant, essaye de me dire quelque chose.

Déhix prit sa respiration et se lança.

- Je m’appelle Déhix. Et vous, qui êtes-vous ?

- C’est une longue histoire…

À quatorze ans, Groom avait été embauché comme liftier aux Galeries de l’Hiver, un grand magasin de dix étages construit au début du siècle qui possédait le premier ascenseur de la ville.

- Le jour de l’inauguration, une gigantesque foule attendait de pouvoir l’utiliser. J’actionnais la manette des étages. Un jour, la grande duchesse du Monténégro a privatisé toutes les Galeries pour pouvoir l’utiliser incognito pendant une après-midi.

- Et puis, après 56 ans de service, les Galeries de l’Hiver ont fermé. On a transformé le magasin en immeuble d’habitations.

- Mais alors cette cave…

- Est tout ce qui reste des Galeries de l’Hiver.

- Vous ne vous ennuyez pas ?

- J’ai eu la chance de très bien m’entendre avec tes deux prédécesseurs. Je leur ai donné des conseils pour bien faire leur métier.

- Et vous pourriez me donner des conseils ?

- Bien sûr. Mais avant je vais te poser une question importante : quelle est ta mission dans cet immeuble ?

- Ben, je sers à monter et descendre les gens dans l’immeuble.

Groom remua la tête de droite à gauche plusieurs fois.

- Non, non, non… Il eut un grand soupir, se leva et vint poser ses deux mains sur les portes de Déhix. Un ascenseur digne de ce nom ne doit pas juste faire le yoyo du rez-de-chaussée au dixième. Tu dois prendre soin de tes passagers et les accompagner.

- Comment ça ?

- Je vais t’expliquer…

img_Illustrations conte_secondaire

Le lendemain matin, à sept heures trente en partant à l’école, la petite Stéphanie, 8 ans et demi, découvrit sur l’écran de l’ascenseur la vidéo qu’elle cherchait depuis des semaines pour apprendre à faire des bulles avec son chewing-gum. Elle eut le temps pendant les sept étages de faire deux bulles.

Madame Cheminade, qui chaque jour se demandait ce qu’elle pourrait bien concocter comme menu pour son mari et ses quatre enfants, y découvrit des recettes de cuisine. Le nez collé à l’écran pour recopier la recette, elle murmura : « C’est bien beau tout ça, mais où vais-je trouver les ingrédients ? ». Dans la seconde qui suivit, apparut à l’écran la liste des promotions proposées par la supérette du bout de la rue. « Fascinant. À croire que cet ascenseur lit dans mes pensées ».

Enfin, Monsieur Trapenard, qui était toujours en retard et devait se rendre à un rendez-vous important, découvrit sur l’écran les horaires de bus et de métro ainsi que les temps de trajet jusqu’à sa destination. Ni une ni deux, il put, sans perdre de temps, choisir le trajet le plus court.

Toute la journée, Déhix fournit des conseils, des trucs et des astuces à ses passagers. Il mettait à l’œuvre les conseils de Groom : « Prends soin de tes passagers, offre-leur plus que ce qu’ils attendent de toi ». Et lorsque 21 heures sonnèrent, il descendit au sous-sol pour en discuter avec son ami Groom.

- C’était formidable, j’ai vu des gens sourire et dire qu’ils étaient ravis des informations que je leur donnais.

- C’est la philosophie de notre métier : bien faire son travail n’est pas suffisant, il faut être utile et donner plus que ce que l’on attend de nous.

- Oui, mais j’ai un problème. Avec tous les sapins de Noël que les passagers ramènent, il y a des aiguilles partout dans ma cabine et sur les paliers.

- Je peux te prêter Vakioume.

- Qui est-ce ?

- C’est mon aspirobot.

- Je vous remercie.

img_3_Illustrations-conte-secondaire

Vakioume avait la forme d’un disque épais. Il se déplaçait sur 4 roues et était totalement autonome.

- Moi j’aspire, je frotte. Je suis comme Attila, après mon passage la poussière ne revient jamais.

Le lendemain matin, après avoir donné un coup de propre à sa cabine, Déhix monta Vakioume au rez-de-chaussée pour qu’il commence son travail. Et tous les quarts d’heure, Déhix le montait d’un étage. Mais, au troisième étage, Vakioume commença à tousser, à râler, à s’étouffer.

- Que t’arrive-t-il ?

- Il faut que je vide mon sac… je suis plein d’aiguilles.

Alors Déhix le descendit chez Groom. Une fois son sac vidé, Vakioume reparti au travail : « En avant mon kiki, allons faire la fête à la poussière ».

Jamais les paliers de l’immeuble n’avaient été aussi propres.

Au bout d’un mois, quand on demandait aux habitants de l’immeuble quelle était la marque de leur fabuleux ascenseur, ils répondaient : notre ascenseur n’a pas de marque, mais un nom : il s’appelle Déhix.

Cookies

KONE et ses partenaires utilisent des cookies pour optimiser la fonctionnalité du site et vous offrir la meilleure expérience possible lors de votre navigation. Votre consentement à l’utilisation de cookies non strictement nécessaires est libre et peut être modifié à tout moment. Si vous cliquez sur « continuer sans accepter », seuls les cookies obligatoires qui permettent au site de fonctionner correctement seront collectés.

Vous pouvez également consulter notre Déclaration de confidentialité.

WELCOME TO KONE!

Are you interested in KONE as a corporate business or a career opportunity?

Corporate site

Would you like to find out more about the solutions available in your area, including the local contact information, on your respective KONE website?

Your suggested website is

United States

Visitez le site web du pays